Flagrants délits de bêtise

Encore trop d’agissements isolés, menés par des personnes aveuglées par leur colère ou couleur politique, a pour effet collatéral de nuire aux générations à venir. Voici deux flagrants délits de bêtise prises sur le fait cette semaine. 

Massif corallien mort

Illustration d’un massif corallien mort

Commençons par le cours contre le réchauffement climatique donné par un professeur de Terminale à la classe de mon fils cette semaine. Sous prétexte que la Terre a connu dans le passé des périodes de réchauffements climatiques, ce professeur nie celui que nous subissons et, pour marquer son désaccord, a jugé pertinent d’adresser le sujet à l’un de ses cours … d’histoire. Quel rapport avec la matière qu’il enseigne ? Aucun ! Le rôle d’un professeur ne serait-il pas d’apporter à ses élèves des éléments factuels de connaissance et de les inviter ensuite à s’interroger afin qu’ils se forgent leur propre opinion ? De toute évidence, il a failli à sa mission en ne communiquant que des éléments dépassés et orientés selon sa croyance. Il n’a pas jugé utile de préciser que ces réchauffements s’étaient produits il y a des centaines de milliers d’années et qu’ils  s’étaient étalés sur de nombreux siècles. Il a omis de couvrir l’évolution de l’ensemble des gaz à effets de serre. Il nie en bloc les nombreux articles scientifiques de la très sérieuse revue américaine Science. Il ignore les rapports du National Center for Atmospheric Research (NCAR) dont le rôle est de démontrer les liens entre les phénomènes météorologiques extrêmes de la dernière décennie et le changement climatique. Il oublie toutes ces iles déjà amputées d’une partie de leur territoire par la montée des océans et les massifs coralliens n’étant plus que l’ombre de ce qu’ils étaient il y a encore une trentaine d’années. Ce professeur continue de nier ce que même les pays les plus obtus comme la Chine ou les Etats Unis ont fini par reconnaitre à la conférence sur le climat récemment organisé à Doha par l’ONU (ces pays ainsi que le Canada et la Russie n’envisagent pas pour autant de réduire leurs émissions de CO2 sous prétexte que cela pourrait nuire à leur croissance économique). La démarche de ce professeur serait-elle politique alors ? Que pourrait-elle être d’autre ?!?  Est-ce son rôle ? Assurément pas ! Maintenant, j’espère de tout mon cœur qu’il est un élément isolé de l’éducation national à recourir à de tels discours.

Article du Monde 3.0 sur des flagrants délits de bétise

La fumée des pneus en feu bloque la lumière du jour

Voyons à présent un point qui a la faculté de me désoler beaucoup trop souvent malheureusement lorsque je regarde le journal télévisé. Il s’agit d’une particularité propre aux grévistes bloquant les accès à leur lieu de travail. Les manifestants ArcelorMittal de Florange la semaine dernière et ceux de Peugeot cette semaine n’y ont pas dérogé. Pourquoi ces derniers ont-ils systématiquement besoin de bruler des pneus de voitures et de camions ? Rien ne pollue autant que des pneus. En pratiquant de la sorte, ils rejettent dans l’atmosphère des fumées épaisses noires et nauséabondes ainsi qu’une grande quantité de particules fines. Dans un premier temps, celles-ci seront respirées par les manifestants, la population, nos enfants, nos animaux et notre bétail, puis elles retomberont sur nos terres cultivables et pollueront leur production. Ces fumées et particules sont dévastatrices sur l’environnement et hautement cancérigènes. Cette pratique n’apporte rien aux manifestants si ce n’est de nuire à leur image, à leur propre santé et à leur environnement. Si la Terre avait la taille d’un ballon de basket, l’atmosphère respirable (troposphère) aurait l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarettes. Notre atmosphère est donc ultrafine et son équilibre est très fragile. Alors pourquoi la détruire et rendre plus difficile l’existence de sa descendance pour manifester son mécontentement vis-à-vis d’un employeur ? Aussi, je suggère aux prochains manifestants de bruler des palettes de bois. Elles s’allumeront sans avoir à recourir à de l’huile de vidange usagées et leurs feux seront plus grands, plus lumineux et pourront servir de barbecue.

Le réchauffement climatique et la pollution sont des éléments beaucoup trop dévastateurs pour notre civilisation pour continuer à les nier ou les ignorer. Les efforts nécessaires pour inverser leur développement seront d’autant plus difficiles à surmonter et rendront l’existence des générations à venir plus problématique que nous tarderons à les mettre en œuvre. Aussi, je conclurai en citant l’astrophysicien et écologiste franco-québécois Robert Reeves : « Occupons-nous de l’environnement si nous ne voulons pas que l’environnement s’occupe de nous ».

N’hésites pas à faire suivre cet article sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • A propose de l’auteur

    Stephane Delaporte
    Créativiste* hyperactif, passionné et connecté, théoricien et auteur du Monde 3.0, évangéliste des nouvelles technologies, protecteur de l'environnement, adepte de l'autosuffisance énergétique et alimentaire, croyant en la génération Y, grand fan de TED, ... mais agnostique dans l'âme.

    * : Personne dont toute l'énergie est tendue vers l'unique but de créer
  • Contacter l’auteur

  • Entrer votre adresse email pour recevoir nos notifications de publication

  • Le Monde 3.0 sur

    Monde 3.0 - Stéphane Delaporte
%d blogueurs aiment cette page :