1.6 Les nouveaux acteurs électroniques

Tout est étroitement lié : la démocratisation d’Internet et des outils communiquant,  leur adoption par un vaste public tant privé que professionnel,  l’arrivée de la troisième révolution industrielle, la philosophie collaborative  d’Internet qui s’immisce un peu partout dans notre société, l’accélération de nos modes de vie, … Tous ces phénomènes et tendances sont liés, convergent dans un même sens et transforment profondément notre société.

Ces changements permettent d’entrevoir de nouvelles façons d’entreprendre. Ainsi, la relation vendeur-acheteur commence à céder la place à une relation coopérative entre fournisseurs et usagers. L’intérêt personnel est supplanté par l’intérêt commun. La propriété intellectuelle de l’information est éclipsée par un nouvel accent sur l’ouverture et la confiance collective. Si l’on préfère aujourd’hui la transparence au secret, c’est pour une raison simple, on ne s’appauvrit pas personnellement ; on enrichit tout le monde, car les acquis de tous sont des nœuds égaux dans l’effort commun.

Secteur après secteur, les réseaux concurrencent les marchés, l’open-source défie les entreprises propriétaires. Nous passons de l’ère des Microsoft, Universalis, … et autres entreprises fondées sur la propriété intellectuelle, à l’ère ouverte et libre des Google, Facebook, Wikipédia et autres. Microsoft n’était pas préparé à affronter l’environnement ouvert de Linux. Des milliers de programmeurs consacrent leurs temps et leurs compétences à améliorer le code Linux. Toutes modifications, mises à jour et améliorations sont aussitôt partagés avec l’ensemble de la communauté Linux, que ce soient avec d’autres développeurs ou bien avec des utilisateurs. Aujourd’hui, un grand nombre de grandes entreprises ont basculé vers l’environnement Linux. Les plus connus sont IBM, Google, Free, L’Oréal, Total, France Telecom, Mercedes-Benz, … En France, la philosophie de Linux est très appréciée. Le système d’exploitation libre équipe deux fois plus de postes de travail dans l’Hexagone qu’ailleurs dans le monde. Linux est omniprésent dans les centres informatiques où il équipe 63,7 % des serveurs selon W3Techs. Coté application bureautique, le grand challenger de Microsoft est Google. Non seulement l’environnement de celui-ci tourne sous Linux mais ils offrent aujourd’hui une suite bureautique très compétitive. Google Apps offre aux grandes entreprises une solution de communication et de collaboration simple et puissante qui reste hébergée par Google dans une infrastructure sécurisée et fiable pour seulement 4 € par utilisateur et par mois. La SSII Capgemini, le groupe Essilor, General Electric, Jardiland, le groupe d’assurance et de prévoyance Malakoff Médéric, PriceMisnister, et bien d’autres grandes entreprises ont basculé sur Google Apps.

De même ; les grandes compagnies d’encyclopédies comme Britannica ou Encarta, qui, traditionnellement, payaient des universitaires pour écrire les savants articles de leurs multiples volumes, ont été incapables d’anticiper Wikipédia. Il y a vingt ans, l’idée même que des centaines de milliers de chercheurs professionnels et amateurs du monde entier allaient coopérer pour rédiger des articles scientifiques et populaires sur la quasi-totalité des sujets imaginables dans l’ensemble des disciplines, sans être rémunérés, et mettre cette information à la disposition de tous, aurait été impensable. C’est pourtant le cas de Wikipedia. Au total, dans ses 265 langues, Wikipédia compte plus de quinze millions d’articles. L’anglais domine largement avec 3,5 millions d’articles ce qui représente, à titre de comparaison, trente fois plus d’entrées que pour l’encyclopédie papier de référence Britannica. La langue française arrive en troisième position sur Wikipedia avec un peu plus du million d’articles. Aujourd’hui, ce site Internet est parmi les dix plus consultés au monde – en sixième position selon le cabinet d’étude Alexa Traffic Rank – et le seul non commercial.

Il existe des réseaux pour partager de la musique, des vidéos, des informations médicales et des données sur des milliers d’autres sujets. Des moteurs de recherche ouverts comme Google et des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ont changé notre façon de travailler, de communiquer et de nous divertir. Les réseaux sociaux ont des centaines de millions de membres. A titre d’exemple, Facebook compte à lui seul près de 900 millions de membres, soit la population des Etats Unis, du Canada, l’Amérique central et un bon tiers de l’Amérique du Sud réunis.

De façon plus générale, Internet change les règles du jeu. Connecter des millions d’acheteurs et des vendeurs dans un espace virtuel est pratiquement gratuit. eBay et les autres sites d’enchères en ligne, les sites de petites annonces ou bien encore les places de marché en ligne apportent une autre dimension au marché : la personnalisation des relations entre le vendeur et l’acheteur. De plus est, des plateformes comme Etsy permettent le développement latéral pair à pair et la quasi-inexistence des coûts de transaction – hors frais d’expédition – ce qui permet de rendre les prix de la production artisanale compétitif avec celle en série.

Les communautés de réseaux sociaux forment un nouvel espace distribué et coopératif sans précédent. Elles y partagent leurs connaissances et stimulent leur créativité et l’innovation dans tous les domaines. La propriété intellectuelle de l’information est éclipsée par l’ouverture et la confiance collective. Beaucoup de ces plateformes sociales servent de pépinières à l’incubation de nouvelles entreprises, dont une partie rejoindra le marché et l’autre ira vers les secteurs à but non lucratif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • A propose de l’auteur

    Stephane Delaporte
    Créativiste* hyperactif, passionné et connecté, théoricien et auteur du Monde 3.0, évangéliste des nouvelles technologies, protecteur de l'environnement, adepte de l'autosuffisance énergétique et alimentaire, croyant en la génération Y, grand fan de TED, ... mais agnostique dans l'âme.

    * : Personne dont toute l'énergie est tendue vers l'unique but de créer
  • Contacter l’auteur

  • Entrer votre adresse email pour recevoir nos notifications de publication

  • Le Monde 3.0 sur

    Monde 3.0 - Stéphane Delaporte
%d blogueurs aiment cette page :